23/03/2010

image du jour 23/3 : "oeuvre éphémère de Nja Mahdaoui"


Il s'agit tout simplement d'une création réalisée avec du matériel sophistiqué (à base de lumière) écrire pratiquement dans l'espace (nuit noire) tout en filmant le résultat -qui est sous vos yeux en image -fixe.


Nja Mahdaoui

21/03/2010

image du jour 21/3



photo de Paolo Vitale "E' il faro di Capo Miseno, un paesino della zona flegrea non lontano da Napoli."

18/03/2010

image du jour 18/3



travail élaboré par Heithem Chaib : étudiant en 4ème année à l'école d'architecture et d'urbanisme de tunis

17/03/2010

centre de formation de jeunes footballeurs (partie8)

B. Centre de formation de l’Espérance sportive Tunisienne :


1. Présentation:

Situé en plein centre ville l’avenue Mohamed V et les berges du lac de Tunis., le Parc B s’étend sur une superficie de 7 hectares. Il abrite depuis une trentaine d’années le centre d’entraînement de l’Espérance ainsi que son administration
Au fil des temps se sont construit des infrastructures modernes et adaptées aux exigences du Football. Le Parc B est constitué de plusieurs unités intégrées qui font de lui une infrastructure sportive unique en Tunisie par la qualité de ces installations.

2. Organisation spatiale :



Le centre se compose de plusieurs parties a savoir l’administration, la salle omnisports, une unité de soin, des vestiaires, des terrains en plein air et hôtel qui est l’hébergement des sportifs

Il n’existe aucune relation forte entre les différentes unités du centre malgré qu’il soit construit dans un site intéressant.






a. L’administration

Le bloc administratif abrite la direction générale du club, les services administratifs et financiers, la salle des trophées, une grande salle de réunion, le département marketing et publicité, la billetterie, le service de presse du club ainsi que le magasin d’équipements.


b. Hôtel du Parc

L’hôtel du parc très bien situé par rapport au centre ville, à l’aéroport et stades Chadly ZOUITEN et D’el-MENZEH tout en restant partie intégrante du complexe sportif Hassan Belkhodja, ce qui fait de lui, un site idéal pour les sportifs..




Description :









Il s’agit d’une unité hôtelière à double fonctionnalité : sert, d’abord, de centre de formation et ensuite, d’établissement ouvert à l’exploitation touristique sous l’enseigne de l’hôtel du parc qui se compose d’un sous-sol, d’un RDC et de deux étages. L’hôtel qui s’étend sur une superficie totale de 6000 m² dont 4800 bâtie, un site idéal pour les sportifs qui ne sont pas, d’ailleurs, ses seuls clients..











« L’hôtel du parc » est également parfaitement indiqué pour les rendez-vous d’affaires avec sa magnifique salle panoramique « le belvédère » il abrite souvent des conférences et des congrès de tous genres.
D’une capacité d’accueil de 150 lits, « l’hôtel du parc » comprend 73 unités de chambres climatisées et dotées toutes de téléphone et de T. V satellites

Les chambres :

L’hôtel du parc est composé de 51 chambres et suites, le choix des matériaux et le mélange des couleurs en font un havre de détente.
Dés l’entrée on se trouve dans un espace caractérisé par :

 Utilisation des différents matériaux qui évoque un état de relâchement de l’esprit pour les sportifs.
 Une ambiance douce et chaleureuse donne une sensation de détente, de repos et d’évasion.
 Un type de chambre vaste éclairée par des appliques, son variateur permet d’obtenir des lumières dégagées selon l’ambiance que l’on souhait intime ou solennelle.
 utilisation des carreaux de céramiques de couleur blanche pour effet de repousser encore les limites du plafond et de créer une atmosphère cruelle où se perd de regard.
 Un coin de salon placé autour d’un centre d’intérêt (télé) de façon que les sportifs puissent communiquer agréablement.

Il n’y a pas de règle dans la disposition des meubles symétrique ou fantaisie c’est une affaire de structure et de style de la chambre : deux canapés placés en angles, un fauteuil à côté, une petite table rectangulaire et des tapis placés pour obtenir un espace accueillant.

D’après l’analyse de cet espace on remarque : facilités d’accès et pour circuler les dispositions choisies offre une surface plus que satisfaisante et répond bien au besoin des sportifs.



Restaurants :

L’hôtel du parc présente deux restaurants « le coffee shop » et le « belvédère » feront de chacun de vos repas un moment de plaisir. Le « green bar » est le lieu idéal pour se réunir et par excellence un espace de rencontre des sportifs.
Le restaurant mérite une attention et un soin particulier, même ses dimensions restreintes vous devez-vous y sentir à l’aise.

3. Analyse fonctionnelle :



On distingue quatre principaux espaces classés suivant leurs fonctions :

 Un espace réservé à l’accueil (au niveau du RDC).
 Un espace administratif (au niveau du RDC).
 Les espaces de services (au niveau du RDC).
 Un espace d’hébergement (au niveau des étages).






Les équipements sportifs :

Le parc B possède une infrastructure unique en Tunisie constituée de 6 terrains de football gazonnés et éclairés dont un en gazon synthétique
Une salle couverte omnisports d’une capacité de 2500 places, une salle de musculation richement équipée, des vestiaires ultramodernes avec Jacuzzi, un bloc médical et des installations de premier ordre pour l’hygiène vestimentaire des joueurs.





























C. Le Centre de formation du Club Africain - Tunis


1. Présentation:

Le Club Africain est l'un des club les plus titrés en Tunisie et dans toute la région d'Afrique du Nord. La fondation du club date depuis 4 octobre 1920.

« L'idée de doter le club d'un centre de formation a pris forme de manière progressive ».1

La construction du centre de formation est venue s'ajouter à d'autres réalisations de grandes ampleurs mises en place par le Club Africain. Une nouvelle politique a été adopter par ce club qui à pour mission formative, éducative et sportive.






Le complexe du Club africain se situe dans le centre ville de Tunis. Le choix de l’emplacement du centre de formation sur la vois Z4 est bien justifié puisqu’il joint Tunis Marina à la Marsa par la voie Z3




Ce bâtiment est composé d’un RDC et d’un étage :


2. Les Façades :



















Plan de la salle de musculation et les vestiaires .











3. Analyse des plans :

Analyse formelle :












La forme générale du bâtiment est composée de superposition et des juxtapositions de formes géométriques simples ; le rectangle et le carré, placés sur l’horizontal, tandis que les autres sont placés sur la diagonale.













Le local est composé de deux axes principaux, l’une traverse la porte d’entrée et l’autre traverse le bloc D. Ces deux axes créent une certaine symétrie et forment la cour intérieure du complexe qui s’ouvre sur les terrains de football.



















On distingue quatre principaux espaces classés suivant leurs fonctions :
-Un espace réservé à l’accueil (au niveau du RDC).
-Un espace administratif (au niveau du RDC et Etage).
-Un espace de services (au niveau du RDC).
-Un espace d’hébergement (au niveau du RDC et Etage).
D’après cette répartition, on remarque que la partie administrative n’avait aucune communication spatiale avec la partie hébergement. Cette volonté de séparer les deux blocs a été dictée par les dirigeants du Club Africain. La répartition interne des services dans le bloc administratif semble être rigoureuse : Le rez-de-chaussée est réservé aux services ayant des contacts quotidiens avec l’extérieur (secrétaire, accueil, direction du centre de formation…). L’étage est réservé à des activités moins sollicitées et qui demandent plus de calme (bureau du Président, trésorier, salle de réunion…).

Analyse de la circulation

















Dés l’entrée du local, on accède à un hall avec accueil, qui desserve tous les sous espaces du centre. C’est un espace de rencontre entre les différents membres du club ; staff médical, cadres techniques, joueurs, supporteurs…

Les entrées et les sorties du centre sont contrôlées par les responsables, pour assurer la sécurité des jeunes joueurs, ainsi que du personnel. Les sorties du centre s’ouvrent sur les terrains d’entraînement. Grâce aux grands nombres d’ouvertures qui donnent sur les cours, les joueurs ainsi que les responsables peuvent profiter de l’aménagement extérieur et la verdure des terrains gazonnés.
Analyse des ambiances intérieures :

1) Le hall :

Le hall d’entrée est garni au milieu par quatre poteaux qui supportent une coupole et deux autres de chaque côté ; gauche et droit. Ces poteaux reflètent la position de la grande famille clubiste du reste du paysage footbalistique tunisien.










Le revêtement du sol est en marbre blanc, avec un motif en marbre vert foncé. On remarque aussi l’existence d’un faux-plafond qui comporte une série de spots de 10 cm pour assurer un bon éclairage.

2) L’espace administratif :

Les dirigeants du Club Africain ont adopté une politique technique et administrative cohérente et moderne. Pour assurer un maximum de réussite dans l’encadrement des jeunes, ils ont essayé d’aménager leur bureau de façon qu’ils facilitent leurs tâches. Tous les bureaux de l’étage sont climatisés, le revêtement du sol est en marbre de Thélas avec des bandes en marbre vert.
Le bureau du directeur est placé au fond du couloir du premier étage. Il comprend un bureau avec une petite table de réunion située au milieu. Le bureau est orienté vers les terrains d’entraînements pour favoriser d’une part le bon éclairage et l’ensoleillement, et d’autre part pour assurer la surveillance des joueurs
Une salle de réunion pouvant accueillir plus de trente personnes. Les coups remportés par l’équipe sont rangés dans des simples rangements intégrés dans le mur.

3) L’espace hébergement :

L’espace se caractérise par la simplicité. Chaque chambre comprend deux lits, un coin de lecture avec une toilette et d’une douche.
L’ambiance est chaleureuse ; elle donne une sensation de repos et de détente grâce au mélange de couleurs.

4) La restauration :

La salle du restaurant peut accueillir plus de 100 personnes. Mais avec son aménagement actuel, on remarque que la salle est presque vide ; des tables sont placés avec une répartition irrégulière pour profiter du maximum de l’espace.

Le restaurant est climatisé, comprend un comptoir à travers lequel les plats sont servis.


Cet espace est marqué par la pureté de la couleur blanche qui a pour effet de repousser les limites du plafond vers les parois qui se perdent de regard à travers les ouvertures.

Ainsi, on remarque l’importance de l’emplacement des tables vers les ouvertures, qui permettent de créer une continuité visuelle. Cette volonté de créer une relation entre l’intérieur et l’extérieur reste un peu timide.
Par ailleurs, ces ouvertures permettent aux joueurs de profiter d’une part d’un éclairage naturel à l’intérieur, et d’autre part de profiter visuellement des belles ambiances extérieures et de verdure.

5) La cafétéria :

Les services présentés par la cafétéria sont divers. Grâce à ses grandes ouvertures et à sa paroi transparente du côté du couloir, cet espace permet davantage la communication.
Cet espace vise la modernité à travers l’utilisation de la forme souple du comptoir. La combinaison des couleurs a rendu cet espace plus confortable.


6) L’espace sportif :

Le centre de formation du Club Africain possède des infrastructures sportives conformes aux standards internationaux constitués de six terrains de football avec un bloc de vestiaires

Ce dernier est placé au milieu de terrains de football pour mieux faciliter les services aux joueurs. Il est équipé de deux vestiaires, un sauna, une jacuzzi et une salle de musculation.































D. Centre de formation sportive de l’Ajax Amsterdam (Hollande)
« L’Ajax vise toujours la jeunesse »

Introduction :

Quand il s’agit de l’AFC Ajax d’Amsterdam, plusieurs choses viennent à l’esprit : le célèbre maillot rouge et blanc, des coupes à la pelle, et plus important encore, le légendaire centre de formation des jeunes. Les Néerlandais reviennent sous les projecteurs de l’UEFA champions League avec l’espoir que la nouvelle génération de jeunes va pouvoir assurer le succès du club sur la scène européenne.

1. Le centre de formation de l’Ajax :


D’autres clubs dépensent des millions aveuglement pour acheter des joueurs talentueux, mais l’Ajax forment des stars dans son propre centre de formation. La plupart des grands joueurs de l’Ajax se sont déployés pour la première fois sur les terrains de Toekomst, l’impressionnant centre de formation qui est au cœur du programme de développement des jeunes footballeurs.



2. L’infrastructure :


Superficie du domaine : 13 Ha superficie du bâtiment : 5800 m² sur trois niveaux. Parking intérieur de 50 places avec un système de vidéo de surveillance.




3. Composantes du centre

3.1. L’hébergement :

Résidence Stage :
* Dix-sept chambres single avec salle de bains, toilettes, téléphone au 1er étage.
*Vingt chambres doubles ou triples climatisés avec salles de bains, toilettes, téléphone au 2eme étage.

Résidence Europe :
*seize chambres luxes double et un single climatisé avec salle de bain, toilette téléphone, télévision au 1er étage.
*quatre chambres double climatisées avec salle de bains, toilettes, téléphone, télévision au 2eme étage.

Résidence Olympique :

Vingt-deux chambres luxe double et trois singles climatisés avec salle de bains, sèche cheveux, toilettes, téléphone, télévision et magnétoscope sur deux étages, mise à disposition d’un salon, une salle de jeux et d’une cafétéria

3.2. Restaurant

Dès qu’on accède à l’entrée du restaurant on se trouve dans une vaste salle de restauration collective qui peut accueillir 100 personnes.
Elle est marquée par une répartition régulière des tables séparées par des paravents en aluminium qui offre à cet espace une facilité de circulation et une organisation parfaite qui évoque une sensation de détente et d’évasion.
L’ameublement de cet espace est basé sur des formes souples et fluides en utilisant des nouveaux matériaux qui visent vers la modernité et le mouvement de l’espace.

Ainsi on remarque l’importance des ouvertures qui permet de créer un échange visuel entre espace intérieur et son environnement.
Par ailleurs, ces ouvertures permettent d’irriguer les espaces du restaurant par une lumière naturelle. La volonté de faire pénétrer la lumière permet d’assurer un confort physique et psychologique des jeunes footballeurs.
Le calepinage est en grès dans la masse, il est sous forme des carreaux de couleur blanche ce qui contribue à agrandir l’espace.
Le faux-plafond est en polystère sous forme de carreaux peints de couleur blanche afin d’obtenir des lignes verticales et horizontales qui assurent le dégagement de cet espace.

Une salle privée « le club » 1 pouvant accueillir 50 personnes.
Cet espace est marqué par la pureté de la couleur blanche qui court au sol, au plafond et aux nappes des tables, donne la hauteur à la pièce et l’impression de ses reflets a pour effet de repousser encore les limites du plafond et de créer une atmosphère cruelle où se perdent de regard.

3.3. les installations sportives de préparation :

1ère catégorie :

Trois salles de réunion pouvant accueillir jusqu’à 100 personnes (disposition cinéma) climatisées, équipées d’une télévision plus magnétoscope, d’un rétroprojecteur et d’un paper-board.
Location supplémentaire : vidéo projecteur

2ème catégorie :

Quatre salles équipées d’un rétroprojecteur, d’une télévision plus magnétoscope, une salle de lecture /internet.
Une salle de formation et d’études contient une série de tables et de chaises.

3.4. les installations sportives de plein air












Les installations de Toekomst comprennent sept pelouses un terrain artificiel, et un stade plein de charme qui ferait le bonheur de bien des clubs professionnels dans le monde.
C’est ici que l’équipe junior et les réserves jouent leurs matchs, presque littéralement, dans l’ombre du célèbre stade Aréna d’Amsterdam.

Les terrains de plein air sont accompagnés d’un gradin mis en valeur par une structure qui tient la toiture des gradins. Ces derniers par leurs largeurs peuvent accueillir les amateurs du football.

4. Le stade :

En 1996, l’Ajax dispose d’un nouveau stade l’Arena afin de remplacer le vieux stade « De Meer »1.


L’Arena Stadium ; Ce stade a servi pour la première fois en 1996, c’est donc un stade récent. Il compte 52 000 places assises avec une pente assez forte ce qui permet d’avoir une bonne vue même en étant placé en haut des tribunes. Sa particularité est le fait qu’il dispose d’un toit rétractable (comme le Millenium Stadium de Cardiff) que l’on peut ouvrir ou fermer en 30 minutes.












« Stade Arena »2



5. Conclusion :

Le choix d’un exemple étranger à améliorer à été difficile vue qu’il en y a beaucoup qui sont valable à citer.
Les paramètres de choix n’ont pas été fixés car à chaque installation sportive sa particularité. Les installations d’Ajax Amsterdam sont marquées par la simplicité de la structure ainsi que par la technique avancée qui a été appliquée, par son intégration au paysage environnant, la polyvalence du centre, le positionnera avantageusement par rapport à ceux spécifiques au football et rattachés à un club.















E. Complexe sportif à Montigny-le-Bretonneux : France

1. Situation

Le complexe sportif conçu par Pancho Ayguavives à Montigny-le-Bretonneux. A l’Ouest de Saint-Quentin-en Yvelines, cette extension de la ville nouvelle est marquée par l’évidente faiblesse de la structure urbaine, l’éparpillement des interventions, la présence dominante de la route et de l’autoroute.


c. Architecte : Pancho Ayguavives
d. Surface couverte : 6040 m²
e. Terrains aménagés : 3.6 ha

2. Le programme du centre

L’architecte a prévu dans ce centre deux bâtiments autour d’une placette avec l’aménagement de terrains en plein air
 Le premier bâtiment est constitué d’un hall d’entré, infirmerie, loge gardien, deux salle couverte l’une pour l’entraînement et l’autre pour la compétition, deux salles de gymnase qui se communiquent pour former une piste d’athlétisme avec des vestiaires et six locaux de dépôt de matériel
 Le deuxième bâtiment est composé d’un hall d’entrée, une salle de réunion, des vestiaires et deux terrains de tennis.


















3. Intégration

La parcelle dessine deux quadrilatères emboîtés. L’un ouvert sur la ville, l’autre sur le sport. Le premier sert de parking et conduit vers le second, ordonné selon deux axes perpendiculaires, sur le quel se calent les bâtiments et les terrains de football et handball. Ce carroyage se développe en en sous- ensembles géométriques.
L’implantation de la place publique pour donner l’accès au parking. Elle donne aussi sur les salles de sports

- une salle en forme de « L », au sud, composé d’une épine dorsale de vestiaires et une grande salle d’une coté, un gymnase de l’autre.
- Une salle, à l’Est, complète le cadrage de l’abrite des tennis. Elle est composée de vestiaires et de locaux techniques.





4. Organisation spatiale

- Les salles de sport dominent le centre et occupent plus que 70 % de la masse bâtie. L’orientation de ces salles ne présente aucun souci pour l’architecte puisqu’elles sont orientées dans des directions différentes.
- Les vestiaires occupent une place centrale, dans le bâtiment en « L », distribuant les différents locaux sportifs.
- L’administration du centre se trouve à l’étage.

On remarque que les terrains occupent seul tout un bâtiment d’où l’importance de cette activité par rapport au autres. Encore on voit que l’architecte a utilisé les formes régulières pour les espaces de sport pour rependre aux normes.




5. Analyse des façades :

Les façades reprennent trois éléments traités en panneaux d’un mètre sur trois : un soubassement de brique, un niveau de fenêtres, un capotage d’alucobond, le tout scandé de bandeaux, de lisse, de joints creux.

L’équilibre des élévations naît de cette composition classique et ternaire. L’identification repose sur des dominantes de matériaux et de formes. Pour les soubassements, vestiaires, locaux techniques, pour les salles de sports : métal, verre et figures angulaires.

Heureuse liaison, une longue extension métallique blanche court d’un édifice à l’autre.
Entre le grand air et l’intérieur, elle constitue une pause, un entre deux accueillant, un guide pour les yeux.
Des objets ponctuent le discours : une cheminé blanche, des bancs, etc.
A l’intérieur aucun artifice ne modifie la teneur du discours. A vrai dire, il est un ton en dessous.
Même trame, matériaux et couleur blanche..

Rythme de poteaux, poutres tirants bardages surlignés de tuyaux d’aération, répondent à la plus stricte logique constructive et fonctionnelle. Sans plus. La lumière vient là-dessous directement des larges baies décrites tout à l’heure, sans doute trop violente et certaines heures du jour.

Le déroulement urbain du projet offre pourtant une répartition agréable des espaces publics et spécialisés, renforcée par le désordre alentour. La rigidité des plans, l’orthogonalité des édifices ne doit pas faire illusion. Etagement des masses, plantations trames verticales et horizontales, glissements sans heurts des espaces en volume, modénature est proportion les adoucissent.
Impression d’équilibre. Une vertu que le sportif peut cultiver.




6. Conclusion :


 L'aménagement d’une placette joue le rôle de distribution aux autres espaces facilite la circulation et la fluidité entre les bâtiments, donc une bonne organisation fonctionnelle.
 Au niveau de l’organisation spatiale : les salles de sports ont une dominance sur ce projet
 Ce projet s’intègre parfaitement à la forme du terrain
 Enfin, l’utilisation de différente matériaux au niveau de la façade pour la distinction des différentes espaces de ce centre.





































F. Synthèse :

L’étude de différentes exemples, nous amène a tirer des conclusions qui peuvent nous aider dans la conception du projet.
La conception d’un centre de formation sportive s’appuie sur l’organisation spatiale, l’ambiance et la qualité spatiale et la lecture architecturale des façades pour cela :

 Le projet doit s’intégrer dans son environnement et le mettre en valeur par des notions architecturales (structure, transparence, verdure…)
 L’articulation entre différentes entités du centre tout en conservant la fluidité de la circulation dans le projet.
 La pratique des activités sportives exige le confort et la sécurité des sportifs.
 L’utilisation de différents matériaux procure à l’espace sportif une qualité spatiale et une ambiance qui permet la pratique des activités sportives dans des conditions confortables























II. Recommandation :


A. intégration :

1. Au niveau de la ville :

Il paraît utile et nécessaire de prendre en compte, dans le choix du site, plusieurs paramètres pour la réussite du projet. Ainsi qu’en matière de conception paysagère d’équipement et d’espaces sportifs ; plusieurs observations peuvent être faites, compte tenu de l’évolution des besoins et de la nécessité de disposer de sites de qualité.

En effet, une réflexion sur la conception paysagère des équipements sportifs implique d’intégrer nombreux paramètres, car elle ne doit pas être borné à énumérer et proposer des « recettes » ou des « techniques ».

L’austérité de certains équipements souligne à l’évidence que cet aspect paysager a été trop souvent peu pris en compte.

Il paraît donc utile et nécessaire de prendre en compte la dimension et la conception paysagère d’équipements sportifs dans leur contexte d’intégration sociale et urbaine :

Les besoins en surfaces pour les terrains de jeux et ses annexes.
L’orientation de ventes.
L’intégration dans l’environnement
La coordination éventuelle avec d’autre équipement collectif sportifs ou de loisir.
Qualité de la conception pour une meilleure utilisation des équipements.
Les moyens d’accès existant ou pouvant être créent.


2. Au niveau du terrain :

L’espace réservé aux sports de pleins air ne peut pas rester un terrain nu sur lequel sont juxtaposée une série de terrains normatives.

o Il faut prévoir des pelouses décoratives et des plantations qui permettent d’aérer le plan masse. Elles constituent ainsi un cadre de verdure rompent le sécheresse des terrains de jeux.
o Il faut éviter l’addition des masses et des volumes. Il est conseillé de travailler le groupement ; les proportions des volumes, ainsi que l’espace négatif, en l’occurrence, consiste le sport en plein air.

B. L’orientation :

L’étalage des terrains de sport dépend en premier lieu du soleil. En effet, aucune équipe ne doit être désavantagée en jouant avec le soleil dans les yeux, source d’éblouissement, particulièrement lorsqu’il est bas sur l’horizon.



Particulièrement, l’orientation préférentielle à donner à cet axe : nord-nord-ouest / sud – sud-est. (sensiblement sous un angle de 15° par rapport à l’axe nord-sud).

Le Moniteur –stades et terrains de sport, Paris, 1996


L’orientation ainsi définie ne constitue pas un impératif absolu si d’autres paramètres que le soleil sont à prendre en considération. Ce peuvent être :

 Les vents dominants, s’ils sont assez forts ; fréquents et/ou accompagnés de pluie dans la mesure où il n’est pas possible de créer des écrans efficaces (bâtiments ; végétations …).

 Les caractéristiques du site (frais élevés des terrassements, disproportionnés avec le coût total des travaux par exemple).

 Le rassemblement de plusieurs terrains de même type dont il peut être parfois utile de varier les orientations, compte tenu de leur fréquentation à diverses heures de la journée.




1. La circulation :

Les terrains de sports ne peuvent être accolés les uns aux autres. Il est nécessaire de ménager des circulations piétonnières et des circulations véhiculaires tout en faisons attention à bien les dissocier.
Il faut bien marquer les voix d’accès au complexe sportif et à ces différents éléments ; il est souhaitable de faire une circulation périphérique au projet et travailler la circulation piétonne comme une esplanade dans l’enceinte des installations sportives.

























Le Moniteur –stades et terrains de sport, Paris, 1996



2. Les Formes souples :

Les formes souples deviennent la dominante et font oublier les formes géométriques en les intégrant à un cadre naturel.

L’emploi des formes douces et souples dans le paysage de ne pas couper le site pas des formes géométriques, mais au contraire de laisser « filer » le paysage de façon continue sur lequel les espaces de jeux sont matérialisée par les lignes blanches de leurs limites d’horizons la recherche d’horizons tantôt proches ; tantôt lointaine ; d’espace tantôt ouvert ; tantôt fermé, d’effet de buttes et lisières ; la création de cadres de fonds ; contribuent adoucir la platitude des aires de jeux, à biser leur rigidité et à les mieux intégrer.










Le Moniteur –stades et terrains de sport, Paris, 1996

3. Le paysage :

Les terrains de jeux peuvent parfaitement s’intégrer dans la vie locale et constituer de véritables pôles d’attraction. Ils doivent pour cela participer à la recherche d’une meilleure qualité de vie et d’environnement : retrouver des formes de paysage agréables, en rompent avec le rigide et le monotone, retrouver une ambiance de loisir et de détente.
Le stade doit alors apparaître comme un parc, dont la géométrie rigoureuse sera atténuée par des plantations et dont le parallélisme pourra être rompu
Par une alternance d’espace.
III. Analyse du programme

A. Introduction

La définition de programme type pour l’équipement d’un centre de formation de jeunes revient souvent à lui imposer des normes externes, édictées en fonction des besoins et de la nature de l’activité sportive.

B. Unités composantes un centre sportif :

Un centre de formation de jeunes footballeurs doit contenir obligatoirement les composantes suivantes :

La réception

L’espace de réception doit être dégagé et bien aménagé pour permettre l’accueil d’un nombre important de joueurs accompagnés de leurs bagages
Pour le repos de ces derniers il faut doter la réception d’un espace d’exposition et l’aménager. Il doit être bien éclairé, ouvert et dégagé.
L’exposition offre pour les footballeurs une ambiance lors de leurs détentes et une découverte du monde de sport.

L’administration :

Espace administratif doit être non loin de la réception pour gérer l’entrée et la sortie des différentes équipes. Entre autre, l’administration organise les équipes et leurs entraînements au sein du centre.
Pour arriver à une bonne formation du sportif il faut doter le centre d’un espace de recherche dans le quel le staff technique à savoir entraîneur et personnel médical trouvent les documents et les informations nécessaires pour leur travail.

Unité de vie :

Hébergement :

Les chambres des sportifs et leurs staffs techniques, doivent être spacieuses et bien aménagées pour permettre le confort et la détente de ces derniers.

Alors il faut doter chaque chambre d’une salle de bain complète, un espace de rangement, un lit, un bureau, un petit coin salon et une terrasse donnant une vue sur le paysage extérieur.
Pour assurer un maximum d’intimité, le choix s’est porté sur les chambres doubles avec des salons pour renforcer les liens des sportifs.

Espaces de rencontre :

Lors de leurs entraînements, les sportifs vivent dans une ambiance stressante.
Pour cela un espace de détente et de rencontre, où les sportifs trouvent l’opportunité de s’amuser et de discuter, est important pour la convivialité de ces derniers.

Espaces de détente :

La détente est un facteur important pour un sportif. Elle peut être assurer dans le cadre de ces espaces :
- une salle de télévision : pour voir les différentes manifestations sportives (rencontre entre différentes équipes, émissions sur le sport …). Cet espace doit être accessible et ouvert assurant les conditions fondamentales de confort (lumière, climatisation, aménagement…)
- une salle d’Internet : pour télécharger les dernières informations qui aident les sportifs dans leurs préparations. Un espace où ils peuvent s’enfuir de leur quotidien stressant géré par une discipline rigide.
- Une bibliothèque avec une salle de lecture : cet espace permet aux sportifs de faire d’autre activités autre que le sport tel que la lecture, l’éducation pour certains d’eux.
- Cafétéria : c’est l’espace idéal pour la détente et pour l’échange et la communication entre les sportifs, il peut être doté d’un espace de jeux. La cafétéria requiert un petit dépôt pour le stockage du matériel et des aliments.
- Une salle polyvalente : la solution pour pouvoir organiser des soirées et des manifestation pour le bien des sportifs, la salle peut être prévue et aménagée pour ce type d’occasion, avec un traitement acoustique des parois . Il faut prévoir un dépôt pour le rangement du matériel.

Unité de soin :

Les sportifs ont toujours besoin d’un suivi médical pour conserver une bonne santé.
Pour cela on trouve essentiellement, dans chaque complexe sportif, une unité de soins et de récupération assurant le suivi médical des sportifs. Elle comporte :
- Une salle d’attente
- l’infirmerie : l’aménagement de l’infirmerie comporte un bureau, des rangements, une pharmacie d’urgence, une table d’examen.
- La salle de mensuration : où on contrôle le poids des sportifs
- Bureaux des médecins : pour la consultation des sportifs
- La salle d’exploration fonctionnelle : cet espace est aménagé par un ergomètre (vélo ou tapie roulant), un éléctorcardioscope, un spiromètre et un appareil de mesure des gaz expirés et nécessaires de réanimation (bouteille d’oxygène et défibrillateur).
- Le laboratoire : il comporte une sonde à lactate, un ph-mètre, électrode polyvalente, un réfrigérateur, un évier avec paillasse.
- La salle de massage et de drainage manuel : l’espace nécessite des tables de massages, lampes à infrarouge.
- La salle de rééducation : un pan de mur recouvert de miroir pour surveiller les postures. Un autre doit être équipé d’une cage métallique à trois faces pour y fixer poulies et cordes.
- L’espace pour le traitement de Presso –thérapie : unité de drainage veineux et lymphatique grâce à un appareil produisant des pressions et des dépressions.
- L’espace pour les bains de vapeurs sèches : le bain sauna.
- La piscine thermale : bains chauds équipés de jets d’eau ou d’air sous pression.
- La salle de confort psychologique : cette salle doit être bien insonorisée, à la température douce et à l’éclairement non agressif et équipée de lits de repos.

Unité d’entraînement :

Les équipements nécessaires pour un centre de formation pour footballeur sont :
- Une salle couverte : une salle omnisports avec des vestiaires. C’est une salle couverte essentiellement pour l’entraînement en mauvais temps.
- Les terrains en plein air : des terrains pour l’entraînement en gazon (naturel ou synthétique).
- Les vestiaires : pour la salle ou les terrains en plein air.


Unité de préparation

La préparation des sportifs nécessite des espaces bien équipés à savoir :
- Une salle de projection : les équipes de football se réunissent avec leurs entraîneur pour visionner les matchs récents pour améliorer leur tactique. cette salle doit être conçu avec un confort nécessaire (lumière et sonorisation)
- Une salle d’observation technique, biomécanique et tactique : c’est l’espace d’observation du geste sportif et sa mesure avec des appareils spécialisés.
- Une salle de préparation physique : cet espace et essentiellement équipé de matériel de musculation classique.
- Un parcours de préparation en plein air : un parcours en plein air pour le renforcement de la condition physique des sportifs et leur rythme cardiaque.

Les locaux de service :

- La buanderie : pour le nettoyage du linge sale du centre à savoir les draps, les nappes … ainsi que le linge sale des sportifs.
- Le local de stockage du linge : pour le linge propre et sale (un espace pour chacun)
- Les vestiaires du personnel

Les locaux techniques :

- Les locaux techniques de climatisation
- Le local transformateur

C. Conclusion :

L’implantation est dictée par la vocation de chaque composante, les accès et l’orientation.
Pour bien concevoir dans les normes en doit prévoir une bonne orientation des différentes composantes, un confort au niveau des terrains de plein air qui doivent être loin de source de nuisance.
Encore, la salle couverte doit avoir un accès du centre et pas besoin d’un accès de l’extérieur du centre.


























APPROCHE CONCEPTUELLE























I. Présentation de la région d’intervention« SFAX » :


A. Situation géographique :

La ville de Sfax se situe sur la côte tunisienne, au nord du golf de Gabès. Cette position est l’un des facteurs qui a permis à cette ville de se procurer une place importante parmi les cités tunisiennes ainsi qu’au sein du bassin méditerranéen.

Par rapport au reste de la Tunisie, la ville de Sfax est considérée comme un lieu de passage presque obligatoire reliant ainsi le nord au sud.

B. Géomorphologie :

La région de Sfax est dominée d’un relief de plaines très basses, parfois accidentées par de petites collines.

Vers la côte, le relief tend à être vallonné, il est au contraire plus plat au sud et parfois accidenté par l’anticlinal de direction NE-SW, parallèle au littoral dans la partie centrale.

Le relief observé est réellement dû à un banc de terrain épais de 1 à2 m recouvert d’un terrain très sablonneux, parfois mêlé de cailloux provenant de couche inférieure.

Cette prédominance sableuse est presque générale sauf le long d’une étroite frange littorale.

C. Le climat :

Le climat caractérisant la Ville de Sfax est de type méditerranéen, aride et chaux. Il est caractérisé par l’absence d’obstacles naturels, l’influence de la méditerranée sur la côte ainsi que la continentalité dans l’arrière pays.


1. Les températures :

La température moyenne annuelle de Sfax est de 18.5°. Elle atteint une moyenne minimale de 4° tandis que le maximum est de 47°.

2. Les précipitations :

Sur le plan pluviométrique, la ville de Sfax ne reçoit pas plus que 220mm par an. Cette quantité est relativement faible si on tient compte de l’irrégularité des
quantités. En effet, l’écart important entre les années de pluies et de sécheresse, peut varier entre 80 et 400mm /an. La quantité d’eau de pluie peut même tomber pendant une période très courte ou plus encore en quelques journées.

3. Les vents :

La région de Sfax reçoit des vents du nord-est, de l’est et du sud-est.

Les vents d’est surtout « le shergui » sont essentiellement pour la pluie, c’est le seul vent marin. En été, le shergui pénètre le continent lui apportant la fraîcheur et l’humidité, c’est un vent modéré, généralement très faible. A coté des vents shergui, la région est balayée par les « quebli » qui sont aussi très appréciables dans notre région, car ils peuvent occasionner quelques pluies en particulier sur le littoral. Les vents quebli et shergui déterminent presque sans exception l’orientation des édifices de la ville de Sfax.

Il est extrêmement rare de trouver un édifice ayant une orientation autre que le quebli ou le shergui.

D. L’évolution urbaine de la ville de Sfax :

L’évolution urbaine de la ville de Sfax depuis le IX ème siècle et jusqu’à nos jours a connu plusieurs étapes.

Du IX ème au XVIIIème siècle : cette période a connu un développement du tissu de la médina. Tout se passait à l’intérieur des remparts, à l’extérieur rien n’est encore là.






L’observation de cet espace, héritage du neuvième siècle, permet de reconnaître quelques aspects généraux de son organisation spatiale.

Située sur une légère pente entre la mer et la zone des « jnens », elle offre une orientation NW-SE, l’idéal pour les constructions qui s’y trouvent pour éviter la chaleur de l’été et le froid de l’hiver.
De forme rectangulaire, percée de plusieurs portes et fortifiée d’une enceinte, elle couvrait une superficie de 24 ha et s’organisait autour de la grande mosquée. Cette dernière constitue le pole d’attraction religieux et social de toute la ville, vers lequel tout converge.
Depuis la fin du XVIIIème siècle et jusqu’à l’installation du protectorat français, une extension de la médina a été faite à l’extérieur des remparts. C’était la construction du « Rbat El Keblila » occupé par une population non musulmane ; les juifs et les chrétiens. « Rbat el keblila » à côté de la médina 1

A partir de 1881, on assiste à la construction d’un nouveau noyau, entre la médina et la mer ; c’est le centre « européen ». La même période a connu la construction du port de commerce
(1895-1897).













L’ancien port de commerce Le centre européen à cote de la médina

II. Choix du site :

La ville de Sfax vit depuis les années soixante dix une crise avec son environnement naturel, elle est l’exemple de villes tunisiennes qui subit une importante évolution dans tous les domaines ce qui implique la création d’une nouvelle agglomération urbaine pour Contribuer à son développement urbain et socioéconomique.
Ainsi il est naît le projet de Taparura qui témoigne d'une volonté profonde d'améliorer la qualité de la vie à Sfax.
Toutefois cette volonté implique la nécessité d'engager des actions vigoureuses pour réussir cette intégration entre la nouvelle ville et l’ancienne et aussi avec le littoral, mais aussi la réflexion sur les nouveaux besoins et éléments constitutif de cette ville.


Zone d’intervention :


« La côte nord de la ville de Sfax du port de commerce de la ville jusqu'à l’amphithéâtre de plein air sis route Sidi Mansour à 6 Km environ du centre ville ».





A. Le contexte urbain :

La ville, et plus particulièrement sa zone côtière, a subi pendant plusieurs décennies les conséquences néfastes, d'une industrialisation peu soucieuse de la sauvegarde de l'environnement, et d'une croissance urbaine rapide et parfois incontrôlée.
La pollution de la mer a atteint un point tel que la baignade est devenue interdite aux habitants.
Toutefois, avec la décision de l'Etat de la fermeture de la NPK, une nouvelle orientation se profile à l'horizon, puisqu'elle vise une préservation de l'équilibre entre croissance urbaine, industrialisation et ressources naturelles
La société d'Etudes et d'Aménagement des Côtes Nord de la ville de Sfax a confié au Groupement pour l'étude du P.A.D. de Taparura, l'élaboration du Plan d'Aménagement de la zone Taparura, dans le cadre de la révision du PAU de Sfax.
Selon les termes de référence définis par le Maître de l'ouvrage, l'étude du Plan d'Aménagement de la zone Taparura devra tenir compte des modifications intervenues après l'élaboration du schéma d'aménagement de la zone:
Le P.A. de la zone Taparura concerne uniquement la partie située au Sud du Canal PK 4, c'est-à-dire la zone de remblai concernée par la phase de dépollution. Par ailleurs, le nouveau périmètre d'étude intègre des zones non couvertes par le schéma d'aménagement de 1995 la friche industrielle de l'ex NPK, et les zones limitrophes de part et d'autre. Au total, la zone d'étude s'étend sur environ 260 ha..


















B. Programme d’aménagement :

La société d'Etudes et d'Aménagement des Côtes Nord de la ville de Sfax a établi un programme permettant un gain de terrains après le remblaiement de la surface du projet
Le plan d’aménagement a été préparé, il est approuvé en septembre 2004.
Ce plan dégage le programme d’aménagement suivant du centre urbain Taparura :


*Superficie de la zone d’intervention
260 ha
 Plage horizontale (environ 3 Km)
 Page urbain sur le phosphogypse après son isolement et sa couverture
 Superficie des terrains urbanisables 14.1 ha

72.0 ha
173.9 ha
 Voiries (L : 22 Km, largeur maximale 54 m) et canal E.P
 Superficie des terrains urbanisables nets 66.4 ha

107.5 ha
• Promenade le long de la plage (environ 3 Km)
• Zones vertes
• Parking dont 1.8 ha à vendre
• Surface nette commercialisable 6.7 ha
20.4 ha
11.4 ha
70.8 ha
o Zone d’animation et de loisir
o Zone touristique
o Zone d’équipement civique
o Zone résidentielle
o Zone polyvalente (service, bureau, …)
o Parking à étages 8.8 ha
8.9 ha
12.6 ha
24 ha
14.7 ha
1.8 ha

Surface des planchers à construire
Nombre de logement
Nombre de lits pour tourisme
Nombre d’habitants 2.225.000m²
4700
2600
22000



C. Choix du terrain :

Le terrain, support d’étude, fait partie du projet « Taparura » qui est l’objet d’une opération d’aménagement sous la direction de la société d’études et d’aménagement des côtes Nord de la ville de Sfax. Ce projet se situe à proximité du centre ville, et constitue une extension immédiate de cette zone centrale.
Cette zone est scindée en deux sous zones correspondant à deux étapes de réalisation ; le terrain choisi, s’intègre dans l’étude et la réalisation de la première tranche (entre le port de commerce et la PK4)

1. Situation :

Notre terrain « UB b » est destiné de recevoir un projet d’équipement sportif et de loisir. Il et limité au Nord par une voie large (54 m) menu d’un canal d’évacuation d’eau pluviale au milieu et une autre voie secondaire coté sud de 20 m de largeur qui desserve convenablement les îlots des différentes zones urbaines.


















D’après la carte ci-dessus l’entourage du site est aménagé par trois zones : une zone résidentielle ; parking et une zone verte équipée.










































2. Accessibilité :



















La zone Taparura est accessible par plusieurs voies à savoir :
 La rocade PK4
 La ceinture N° 5
 Le prolongement de la ceinture « MAGIDA BOU LILA »
 La réalisation de la pénétrante Nord-sud prévue par le PAU de la ville de Sfax.
 Un éventuel accès, reliant la zone Taparura à la place 7 novembre à « BAB JEBLI »

Le contacte entre la ville et la zone est assuré par l’intermédiaire de ces voies.
L’accessibilité à notre terrain est facilitée par un boulevard urbain de 54 m (voie primaire) et une voie secondaire de 20m.











III. Projet



A. Conception et réflexion :

Dynamique et mouvement :

« Une figure immobile s’entoure d’un espace fermé. Une figure en mouvement ouvre l’espace »1

Visant une nouvelle organisation et animation à ce complexe. J’ai choisi la ligne courbe comme étant l’élément opérationnel de l’espace.

« Puisque tout ce qui est mouvement, animation, promenade est reliée par une ligne courbe »2

L’intégration du concept mouvement dans le centre sportif joue un rôle très important, puisque l’ambiance et l’animation qui caractérise le centre.
=>détruire le statisme de l’espace en lui introduisant un équilibre dynamique.

Transparence et lumière :

L’effet de transparence dans un centre de formation sportive est très important. En fait la transparence donne un aspect agréable et une ambiance confortable, par l’utilisation des larges volumes vitrés.
Par ailleurs, cette transparence permet durant la journée d’une part d’irriguer les espaces du centre d’une lumière naturelle. La volonté de faire pénétrer de la lumière permet d’assurer un confort physique et psychologique des jeunes joueurs.
=>créer un échange visuel entre les espaces intérieurs du centre et son environnement.





Relations sportives - espace « Convivialité »

« L’athlète est un homme qui décide de reculer les murs de sa prison »3
A fin d’atteindre cet objectif, il faut procurer de bonnes conditions aux sportifs, pour permettre l’échange et la communication entre les sportifs.
Il faut créer des objectifs communs et les faire participer à des idéaux de fraternité, de respect de l’autre, l’acceptation de la différence, de tolérance et de discipline.

=>l’espace sportif doit tenir compte du rôle social et éducatif que joue le sport et permettre d’introduire les notions d’échange, de loisir, d’animation, de réciprocité et de contact pour les différentes catégories.
=>un lieu de rencontre, d’échange, de contact et de communication.

La verdure :

Pour les sportifs, la verdure, l’air pur et les milieux naturels en générale, jouent un rôle très important de point de vue physique et celui psychique.
En fait les effets bénéfiques de la nature sont innombrables, ils permettent une meilleure concentration d’une part, et d’autre part améliorent les conditions physiques des sportifs grâce à l’air pur qu’ils engendrent. Sans compter sur le paysage agréable que la nature offre, rompant ainsi le rigide et le monotone, et qui ferait de tout centre un pôle d’attraction.












B. Capacité du centre :

Le centre de formation sportive accueil essentiellement des jeunes footballeur. A cet effet, il doit être doté d’espaces nécessaires afin d’héberger, nourrir et assurer le confort et la détente des sportifs :

Pour cela, on à :

Equipe A. Catégorie d’âge Nombre d’équipes Nombre de Joueurs
Ecole 12---13 ans 2 25
Minime 14---15 ans 2 25
Cadet 16---17 ans 2 25
Junior 18---19 ans 2 25

Pour chaque discipline on prévoit 5 responsables 5 responsables x 4 équipes = 20 responsables.

On a donc 120 personnes

C. Programme :

 Réception

Hall de réception ………………………………………………200 m²
Salle d’exposition………………………………………….……150 m²

 Administration

Hall……………………………………………………………….20 m²
Bureau directeur………………………………………………….30 m²
Bureau secrétaire………………………………………………….15 m²
Salle de réunion…………………………………………………..35 m²
Bureau économe…………………………………………….…….25 m²
Bureau agent comptable…………………………………….……25 m²
Bureau d’archive…………………………………………….……25 m²
Sanitaires personnels (H/F)………………………………..…….10 m²


 L’hébergement

60 Chambres double avec une S.D.B……………………….60*25 m²
Espace de séjour

 restauration

Salle de restauration……………………………………………180 m²
Cuisine et annexes……………………………………………...150 m²
Sanitaires…………………………………………………………15 m²

 Loisir et détente

Salle de télévision………………………………………………...50 m²
Salle d’Internet …………………………………………………100 m²
Bibliothèque……………………………………………………..200 m²
Cafétéria ………………………………………………………..120 m²
Salle polyvalente ………………………………………………..250 m²
Bloc sanitaire……………………………………………………..20 m²

 Espaces de soin et récupération

Salle d’accueil et d’attente………………………………………40 m²
Infirmerie…………………………………………………………20 m²
4 cabine de Déshabillage……………………………………...4*2.5 m²
2 Salles de tests………………………………..……………….2*15 m²
2Cabinet de médecin…………………………………………..2*20 m²
La salle de mensuration…………………………………………..25 m²
Salle de massage………………………………………………….25 m²
Sauna……………………………………………………………..20 m²
Salle d’exploration fonctionnelle………………………………...30 m²
Le laboratoire …………………………………………………….25 m²
La salle de rééducation…………………………………………...25 m²
Sanitaires ………………………………………………………...15 m²
Salle de musculation…………………………………………….150 m²
Dépôt équipements lourd………………………………………..40 m²
Dépôt équipements léger…………………….………………….. 35 m²



 Préparation

3 Salle d’observation technique………………………………3*50 m²
Salles de réunion et de projection……………………………..150 m²
Sanitaires……………………………………………………….10 m²

 Entraînements

Salle de sport couverte………………………………………..2860 m²
2 Terrains en plain air
Vestiaires joueurs et annexes.....................................................80 m²
Vestiaire entraîneurs …………………………………………..20 m²


 locaux de service

2Local de stockage du linge…………………………………….2*15 m²
Vestiaires du personnel………………………………………......10 m²

 locaux techniques

Local générateur eau froid………………………………………..30 m²
Local générateur eau chaude ……………………………………30 m²


Surface Total : 7020 m²






















D. Parti Architectural



Le parti architectural adopté dans ce projet est lié fortement à un centre de formation pour jeunes footballeurs. Donc il était nécessaire de s’adopter à la qualité d’un site riche. D’ou le projet est ouvert sur la mer méditerranée épousant le site et offre des vues panoramiques sur la mer.

En fait, ce centre doit garantir de bonnes conditions d’entraînement et de préparation. Une forte densité de végétation est capable d’accomplir cette tache. Ce qui m’a poussé à réfléchir pour créer des ambiances agréables à l’intérieur du projet.

En effet, mon principale souci était de créer un rapport direct entre l’éducation du sport et sa pratique.

En partant du fait que la mer est un facteur atout pour des projets similaires j’ai choisi d’ouvrir le projet sur la mer et de bénéficier au maximum de la vue pour les différents composantes du projet.

En fin, il s’agit de l’adaptation d’un langage architecturale qui reflète la motivation et le dynamisme du sport tout en gardant l’intégration à l’architecture locale.

















E. Esquisses


Les esquisses du projet se sont développées pour la création d’un espace de recentre entre les différentes parties.


Une recherche formelle pour l’organisation des différentes entités et donner un aspect pour chacune.








































































































































Références Bibliographiques

Ouvrages :

 Bernard jeu : « histoire du sport, histoire de la culture » Ed. VIGOT ; 1979
 R. Hubscher : « histoire du mouvement » Ed. ARMAND COLIN.1992
 Henri Garcia « Méga sport » ; Ed Natham ; 1993. P8
 Pierre Parlebas « Jeux, sport et société, lexique de praxéologie motrice » Institut national du sport et de l'éducation physique, 1998.
 La passion du sport ; Ed Natham ; 1992 ; Page : 7
 Ulman (Jaques), de la gymnastique aux sports modernes, Vrin, Paris, 1989, p.32.
 Barreau Morne (Jean Jaques), Sport expérience corporelle et science de l’homme, Vigot, Paris, 1984, p.45.
 Weineck (Jürgen), Manuel d'entraînement. Ed. Vigot. Paris, 1983, p.17.
 B. Jomaa (Seif), Symposium CSS, Pour une nouvelle approche du développement sportif en Afrique, Février 1992.
 L’encyclopédie vivante Natham : Méga sport ; Ed 1993.
 Jean (Giraudoux), Notes et maximes sur le sport, Ed. Grasset Paris, 1928.

Dictionnaires et Encyclopédies :

 Micro Robert, Paris, 1987.
 Encyclopédie Encarta 2000, 1993-1999.
 Encyclopédie Universalise T 8 ; Ed Encyclopædia Universalise France S.A ; 2002
 Michel (Bernard), sport, Encyclopédie Uuiversalis, 1973, vol.15, p.34.


Revues :

 Technique et architecture n°393
 Alberto Giacometti; Cit. in Ibid P.311.
 Paul klee; Cit. In Ibid.
 société d'Etudes et d'Aménagement des Côtes Nord de la ville de Sfax ; rapport de présentation
 Le Moniteur –stades et terrains de sport, Paris, 1996
 Fédération Tunisienne de football: règlement transitaire du championnat non amateur 95.
 Le Renouveau, le 25 Août 1996.
 Moni1eur, Les équipements sportifs et de loisir.
 Journal officiel de la république Tunisienne, Loi N°94-104 du 3 Août 1994, Article 24.
 Mensuel sportif édité par L’EST- N° 21- Juin 2000

Carte :
 Carte topographique : ville de Tunis ECH 1 /25000

Thèses :

T79/10 - « Centre sportif à Ain Drahem » élaboré par Mr. Stiti Toufik ; encadré par Ben Aissa Ferid.
T86/06 – « Essai d’optimisation de l’espace sportif : un complexe sportif à Kairouan » encadré par Goucha Ahmed Najib et élaboré par Mhiri Ghazi
T94/03 - « Recherche sur l’espace sportif » élaboré par Elloumi Nejib ; encadré par Goucha Nejib
T98/31 - « Sport et architecture : centre de formation sportif à Sousse. » encadré par Chekir Med Salah.



Sites Internet :

 www.ajax.nl
 www .geneve .ch /sport/welcome.html
 www.rjwavre.be /Rjman.html
 www.ville-st-germain-en-laye.fr
 www. Arena-stadium.eu.org
 www.olympic.org

06/03/2010

centre de formation de jeunes footballeurs (partie7)

4- Conclusion


La Cité sportive 7 novembre de Radés représente un espace adéquat pour la pratique du sport au niveau national et international. Ainsi, il représente une unité grâce à la complémentarité entre ces différents équipements sportifs. La cité sportive est une réponse à la nouvelle politique que les autorités ont adoptée. L’extension des équipements existants a projeté à la création des complexes sportifs tels que le complexe de Aïndrahem, de Tozeur, Gabès…

C’est donc dans ce cadre que les différents clubs sportifs nationaux doivent concevoir des structures adaptées à ce genre de compétition. Ainsi il est évident, de bien aménager ces espaces pour qu’il répondent mieux à la formation des jeunes sportifs.

A cet égard, il apparaît nécessaire à chaque club national de fonder son propre centre de formation de façon qu’il reflète l’identité du club et la fonction qu’il adopte.

centre de formation de jeunes footballeurs(partie6)

4- Conclusion


La Cité sportive 7 novembre de Radés représente un espace adéquat pour la pratique du sport au niveau national et international. Ainsi, il représente une unité grâce à la complémentarité entre ces différents équipements sportifs. La cité sportive est une réponse à la nouvelle politique que les autorités ont adoptée. L’extension des équipements existants a projeté à la création des complexes sportifs tels que le complexe de Aïndrahem, de Tozeur, Gabès…

C’est donc dans ce cadre que les différents clubs sportifs nationaux doivent concevoir des structures adaptées à ce genre de compétition. Ainsi il est évident, de bien aménager ces espaces pour qu’il répondent mieux à la formation des jeunes sportifs.

A cet égard, il apparaît nécessaire à chaque club national de fonder son propre centre de formation de façon qu’il reflète l’identité du club et la fonction qu’il adopte.

centre formation de jeunes footballeurs (partie5)



coupe du complexe sportif

centre formation de jeunes footballeurs(partie4)

APPROCHE ANALYTIQUE





« L’athlète est un homme qui décide de reculer les murs de sa prison »

R. Hubscher






















I. Analyse des cas:

A. Cité sportive 7 novembre 87 Radés :

Légende :
1- Stade d’athlétisme
2- Stade de football
3- Stade de tennis
4- Stade annexes
5- Complexe de natation
6- Esplanade d’honneur
7- Parking ministre
8- Guichet
9- Parking ambassadeurs
10- Poste de police
11- Héliport
12- Terrain d’entraînement
13- Village méditerranéen
1- Description :

La cité olympique 7 novembre à Radés (banlieue sud de Tunis), présente un véritable gain pour l’infrastructure sportif de la tunisie.
C’est un projet sportif qui comprend un complexe d’installation sportive, d’air réservées à la distraction, à la détente et aux manifestations diverses.

La cité sportive offre une diversité au niveau des équipements sportifs :
- Stade de football avec des terrains d’entraînement.
- Salle de sport collectif.
- Stade d’athlétisme et un air d’échauffement.
- Complexe de natation
- Terrain de Tennis.
- Administration ; musée de sport et un centre de presse.


> Vue d’ensemble de la cité sportive
« 7 Novembre 87 » à Rades.
L’architecture de cet ouvrage lui permet d’être un centre d’attraction pour toutes les équipes




le stade olympique « 7 novembre » représente l’ouvrage le plus intéressant de cette cité. Il accueilli plusieurs manifestations d’ordre nationale et internationale (ex : Jeux méditerranées en 2001).

d’une capacité de 60 000 places dont deux tribunes, l’une inférieure pouvant accueillir 26250 spectateurs et l’autre supérieure prévue pour 25000 spectateurs, dont 200 places pour les handicapés. Ce stade est doté d’un système de surveillance par vidéo afin d’assurer la meilleur sécurité possible.
La toiture du stade attribue l’aspect contemporain et technologique de cette superbe réalisation. Elle se situe à 47 m du niveau du terrain et représente la partie la plus spectaculaire de l’ouvrage qui est visible aussi bien à l’extérieur que de l’intérieur.

2- Analyse des espaces intérieurs :

a. Espaces pour le public :


Tous ces espaces sont uniformément répartis dans le stade : 34 unités sanitaires, 22 buvette, 6 stands souvenirs et 32 cabines téléphoniques.



b. Espace de services pour les joueurs :

Il se situe au niveau zéro du bâtiment :
Six vestiaires munies chacune de deux tables de massage, des douches et des toilettes et de deux jacuzzis et saunas.
Les vestiaires sont équipés par une série de rangements en bois accolés au mur. L’utilisation des couleurs fades aident à la relaxation des joueurs et repousse les limites entre les différentes espaces.


Ainsi, deux salles d’échauffement d’une superficie de 400 m² chacune est mise à la disposition des joueurs avec un centre anti-dopage et un autre médical sportif.
c. Les loges privées :

Ces loges sont au nombre de 40 disposées aux niveaux 2 et 3 du bâtiment principal et de part et d’autre de la tribune d’honneur.

Parmi les loges privées sont celles d’honneur, situé au troisième niveau. Ces loges sont réservées uniquement au président de la république, les ambassadeurs et les ministres.

Les loges d’honneurs peuvent accueillir plus de 50 personnes. Equipées chacune d’un bloc sanitaire avec douche et une kitchenette. La salle contient une série de chaises et de salons en cuir.
Cet espace est très prestigieux dont les matériaux utilisés sont de nature noble.


3- Autres équipements :

Si le stade de football constitue un véritable chef d’œuvre, il n’en reste pas moins que les autres installations sont aussi prestigieuses.

Le stade d’athlétisme comprend une piste circulaire de 8 couloir, 2 couloirs destinés aux courtes distances et un terrain gazonné pour les autres activités à savoir : saut longueur, saut hauteur, lancement de poids, etc.
Ce stade peut accueillir jusqu’à 5000 places.


Pour l’activité de natation, l’architecte à conçu un complexe qui comporte deux piscines, une couverte et l’autre en plein air communicante et liée par l’espace de services.




 Plan masse du complexe de natation.

La réalisation de deux pissines chacune avec des gradins était une solution pour les différents types de température.
Un autre choix pouvait être avantageux, c’est de garder un seul espace avec une couverture transformable.

centre de formation de jeunes footballeurs (partie3)

VII. L'infrastructure sportive en Tunisie:

1. Cadre Juridique actuel :

« Aujourd'hui, le sport est devenu un phénomène socio-économique très important qui constitue un élément fondamental de l'éducation, de la culture et de la vie sociale d'un individu»1. Le seul credo et l'unique objectif du sport aujourd'hui c'est le résultat.
L'évolution s'est faite sous l'influence du fait économique devenu au cours des dernières décennies le vecteur dominant. Les décideurs sportifs ne cessent de rechercher « L'optimisation des résultats » par l'adoption d'une stratégie, la mise en place des structures, des moyens et des lois portant sur l'organisation et le développement des activités physiques et sportives.
Le développement du sport a poussé le législateur Tunisien à promulguer la loi N°94-104 du 3 Août 1994 et la loi organique N°95-11 du Février, introduisant ainsi un changement évident dans les statues juridiques du sport Tunisien.
C'est au niveau de la pratique des activités sportives que se situe le principal changement ou plus précisément la principale nouveauté apportée par la loi 94-104, cette loi constitue le premier texte à avoir dépassé le cadre de l'amateurisme par l'introduction du concept de non amateurisme. En effet un
« Amateur: personne qui pratique ou qui a toujours participé au sport sans en tirer de gain matériel »1.

Ce concept du non amateurisme a été clairement exprimé au niveau de l'article 24 :
«La pratique des activités sportives s'exerce dans le cadre de l'amateurisme et du non amateurisme conformément aux règlements intérieurs des fédérations spécialisées... »2.

2. Développement :

Il n'y a plus de doute que le sport ait devenu de plus en plus organisé, structuré et hautement programmé à la perfection. Avant la participation de l'équipe nationale de football à la phase finale de la coupe du monde « Argentine 78 », l'importance accordée au sport en Tunisie était faible. Suite à cet événement les attentions portées au sport en Tunisie se sont étendues à toutes les disciplines.

Visant à l'atteinte les meilleurs performances et dans le but de déterminer les facteurs favorisant le professionnalisme, plusieurs recherches ont été élaborés en ce sens, les physiologues, les psychologues, de même les urbanistes et les bureaux d'études qui chacun dans son domaine; cherche les composantes de la réussite sportive ainsi que la réalisation des plus hautes performance.

A partir de leur point de vue; les causes de la réussite ne se contentent plus d'installations sportives isolées qui englobe les salles sportives, des piscines, etc.… La tendance vise plutôt à grouper géographiquement plusieurs activités et catégories sportives, en rapprochant les équipements et les infrastructures sportives l'une prés de l'autre pour aboutir à des complexes sportifs réunissant plusieurs disciplines.

Deuxième partie : « Formation des sportifs »


I. Le milieu sportif :

Le milieu social constitue l’environnement général et le milieu sportif, l’environnement particulier de l’homme du sport. L’un et l’autre étant évidemment liés.

Le milieu sportif génère ses valeurs, ses normes, ses règles et sa propre idéologie. Comme toute institution, cette culture spécifique a évolué depuis son origine et surtout en ce qui concerne l’amateurisme.

Le noyau du milieu sportif est celui de haut niveau autour duquel en gravitent d’autres tels que le milieu sportif du sport de masse et celui du sport loisir. Ces différents milieux, dont les idéologies présentent un fond commun des valeurs, mais possédant chacune des spécificités, entretiennent des rapports quelques fois conflictuelles.









En ce qui concerne la dimension « amateurisme professionnalisme », le sport d’élite est très proche du second pôle, le sport de masse s’en éloigne et le sport loisir est confondu avec le premier pôle.
Les décalages entre les idéologies particulières de ces sous – groupes sont dus à certaines différences entre les valeurs, les normes et les motivations.
Le système sportif comprend des acteurs dont les rôles peuvent varier en fonction du sous –système dans le quel ils opèrent.
Les principaux acteurs sont : l’athlète, l’entraîneur, le dirigeant, le juge et le spectateur.




II. Les sportifs

Les sportifs professionnels « haut niveau » : ils pratiquent le sport de compétition à haut niveau.

Les sportifs amateurs : pratiquent le sport de masse. C’est à dire le sport pour l’entretien de la forme.

Les sportifs de loisir : pratiquent un sport durant le temps libre.

III. Le sport et l’individu :

« Le sport est devenu en un siècle un phénomène de société généralisé dans le monde entier. Il a pris une place importante dans la vie quotidienne en tant qu’activité de loisir et comme moyen de développement physique harmonieux »
Chez l’homme, le sport est une chose naturelle qu’il exerce tout le temps même à l’état du mouvement.
D’où l’homme à une relation étroite avec le sport qui peut soit se renforcer, soit s’affaiblir au cours du processus de croissance de l’individu.

1. Le sport chez l’enfant

La pratique du sport chez les enfants devient, de nos jours, de plus en plus nombreuse. Généralement, on considère que la pratique du sport débuté réellement vers l’âge de sept ans. A cet âge le schéma corporel est bien en place et l’enfant a bien intégré l’équilibre et le contrôle du geste ou encore les notions de force et de vitesse. A partir de là, il peut pratiquer un sport au stade d’initiation.
A l’âge de 8 à 12 ans, le corps de l’enfant connaît le développement du tonus musculaire qui lui permet d’entamer la compétition.
L’institution scolaire, qui occupe une grande place dans la vie de l’enfant, inclue à l’enfant dans son apprentissage l’éducation physique et sportive enseignée à l’école est une activité secondaire mais importante car elle joue un rôle considérable dans l’orientation du comportement de l’enfant puis dans celle de l’adulte face au sport.

Seule la pratique d’une activité sportive permet de contre balancer les méfaits de la sédentarité.
Outre ses vertus physiques et psychologiques, la pratique d’activités corporelles, de jeux et de sports collectifs recèlent un autre bien fait : elle favorise la socialisation de l’enfant et la construction de sa personnalité.
Bien fait, le sport est pour cela indispensable à l’épanouissement de l’enfant.

2. Le sport chez l’adolescent :

«L’adolescent, plus léger, à une meilleure flottabilité qu’un adulte et une souplesse plus grande »1

L’expression du sport chez l’adolescent se présente comme une possibilité de s’exprimer de développer ses forces et de traduire le langage en activités corporelles.
Ces activités lui donnent l’occasion de dire, et d’évoquer ce qu’il ressent et ce qu’il pourrait ou voudrait être.

C’est la meilleur période de la vie d’intégration à la vie sociale, le stade de l’engagement dans la vie professionnelle et de la détermination de l’idéal social. Répondant à un besoin d’indépendance économique de recherche des milieux de loisirs. Permettant d’échapper à toutes les tutelles et de nouer des liens de réciprocité.

Pour l’adolescent les jeux de groupe permettent de bien s’intégrer dans la société notamment par la participation à des jeux collectifs. Le groupe de jeune joue un rôle important dans le début de la pratique en collectif ludique.
« L’adolescent a besoin de mouvement physique ; il est contre nature de l’obliger à être un pur cerveau, un cul-de-jatte sédentaire. »1

Les capacités motrices de l’individu se développent progressivement au cours de l’adolescence. La pratique des activités physiques exerce une influence favorable sur l’organisme en croissance c’est lors de cette période et surtout pendant la puberté que la plasticité de l’organisme atteint son maximum.

IV. Le centre de formation sportive

1. Définition du centre de formation:

« Centre: n. m. Point de convergence ou de rayonnement. Centre d'action, d'influence. Un centre: Lieu où diverses activités sont groupées. Exemple: un centre industriel, commercial »1.

D'une façon générale, le centre est alors un espace, qui réunit plusieurs éléments d'un seul ensemble. C'est aussi un volume occupé par un ensemble.
De même qu'en architecture, l'espace est une surface, un milieu affecté d'une activité ou d'une discipline particulière. En effet, les espaces architecturaux varient selon leurs destinations.

On désigne par « Centre de formation », l'infrastructure mise à la disposition du club pour la pratique des différents sports qui existent au sein de l'édifice.
Le centre de formation sportive est un espace qui comprend tout ce qui sert à la vie en commun, en dehors de la pratique religieuse. De là, on peut définir le centre de formation sportive, entant qu'espace architectural civil.
Un centre de formation sportive assure la formation des jeunes et leur encadrement aussi bien sportif que social. Cet édifice comprend, en général, des fonctions différentes: l'activité sportive, l'hébergement, la restauration, la direction administrative...
Les centres de formation sportive se présentent comme des instituts qui ont pour vocation de former, d'éduquer et d'encadrer les jeunes a fin d'atteindre les meilleures performances.

2. Objectif des centres de formation sportive:

Le centre de formation sportive a pour vocation l'encadrement technique, éducatif, médical et scolaire des jeunes joueurs. En effet, pour assurer le maximum de réussite, le centre met l'accent sur la formation globale. Cette formation doit s'illustrer par tous les moyens d'expression de l'équipe au service du joueur, par une potentialité athlétique exceptionnel, support d'une capacité technique très riche au service d'une grande intelligence de jeu et d'une valeur morale exemplaire.

a. La formation sportive:

Il s'agit de former des joueurs sur les plans physique, technique, tactique et mental, en tenant compte des exigences du football de haut niveau.
Jean Giraudoux souligne l'aspect éducatif et hygiénique du sport et le définit comme suit:
«Le sport consiste à déléguer au corps quelques-unes des vertus de l'âme: l'énergie, l'audace, la patience, c'est le contraire de la maladie. »1.
Cette définition met l'accent sur la gratuité de l'acte, que sur l'engagement physique intense. En effet, le sport selon Giraudoux c'est : « un art par lequel l'homme se libère soi-même ».

b. L'esprit de combat chez un sportif:

Le mental est un élément déterminant pour réaliser une bonne formation et pour réussir dans la carrière. Ce concept comprend toutes les qualités morales dont un joueur a besoin: la volonté, le goût de l'effort, le combat, le sérieux, le désir de s'améliorer, en somme tout ce qu'il faut pour être un bon compétiteur. Pour réussir dans ce métier, il faut avoir du caractère et de la personnalité. C'est à l'entraînement qu'il faut essayer de créer cette mentalité particulière. En effet, le mental développe le goût de l'effort, la confiance en soi et l'esprit de compétition.
Certains clubs sportifs ont adopté ce concept comme un élément de base dans la formation des jeunes joueurs. Monsieur Gilbert Zooekynd, directeur technique du centre de formation du Club Africain, défini la philosophie du club comme suit: « Il s'agit d'abord et avant tout d'éduquer l'enfant, en lui inculquant des valeurs fondamentales tel le respect:

- Respect de soi en termes de tenue, comportement ou attitude.
- Respect de l'autre partenaire, adversaire, arbitre, éducateur, délégué.
- Respect des lois du jeu et des règles de fair-play.
- Respect du maillot.

En d'autres termes, nous nous attachons à construire d'abord des hommes et ensuite des footballeurs. » 1.
Le sport devient ainsi une forme essentielle de l'éducation morale. En outre il est relié à l'étude et l'éducation d'une façon générale.

c. La scolarisation:

L'éducation est devenu de plus en plus une nécessité contemporaine, qui assigne la formation complémentaire de l'esprit et du corps. C'est dans ce cadre que le sport est une matière essentielle qui est étudiée dans tous les établissements éducatifs, scolaire et universitaire.

Dans ce cadre, certains centres de formation passent des conventions avec des collèges et des lycées de la ville, afin que leurs jeunes en formation puissent fréquenter ces établissements avec des emplois du temps à horaires aménagés permettant l'entraînement tous les après-midi. Ceci permet aux jeunes du centre de suivre une scolarité adaptée aux exigences de la pratique de sport de haut niveau.

3. L'encadrement pédagogique:

La professionnalisation et la spécialisation du cadre pédagogique doivent apparaître dans tout projet du club. La pratique des activités sportives ne consiste pas à laisser chacun livré à lui-même. D'où la nécessité d'un encadrement pédagogique. En effet, ce dernier a un rôle très important dans la formation contemporaine des sportifs. À fin d'assurer le maximum de réussite, l'encadrement pédagogique intègre une double formation; non seulement pratique, mais aussi analytique.

La formation technique:

La technique est l'art de maîtriser le ballon et de l'utiliser au mieux des intérêts de l'équipe. Les gestes techniques des joueurs qui doivent êtres travaillés en formation. L’étude analytique est caractérisée par l'observation. En effet l'observation a pour but de juger, au cours de la compétition, l'épreuve qui est réalisé sur le terrain par les joueurs et offre la possibilité de prendre le maximum d'information et d'idées a propos du jeu et des joueurs, afin de pouvoir par la suite s'orienter vers les voies les plus justes, les plus convenables et le plus rentables.
On peut classer les méthodes d'analyser les matchs de la façon suivante:

-La méthode simple par mémorisation des actions.
-La méthode graphique par une grille d'observation:
*La prise de son et d'images par les moyens audiovisuels modernes.
*La méthode codée est mémorisée avec traitement par informatique qui est en tain de se développer dans le monde du sport.






*L'image cinématographique:

L'étude cinématographique permet de décomposer le geste sportif en images et en phases, de localiser le centre de graviter du corps entier et de chaque segment corporel et d'étudier l'accélération et la variation angulaires etc. ...
L'étude cinématographique permet ainsi de dégager les causes de l'échec qui ne peuvent pas être perçues autrement et d'adopter en conséquence, un programme d'entraînement pour remédier les défaillances et rendre le geste ou le mouvement sportif plus efficace.
L'analyse cinématographique doit être dirigé par un spécialiste de la matière parce qu'elle demande certaines connaissances.

*L'image vidéo:

L'observation du match et l'analyse du montage des images d'actions réussies ou non réussies se traite en début de la semaine dans une partie de l'entraînement consacrée au réajustement ponctuel de l'équipe et au pilotage individuel, la sélection des images positives sera plus souvent diffusée.
L'entraîneur met l'accent sur le positif car la démarche d'entraînement se construit sur la confiance de soi et l'accomplissement de l'équipe.
L'image vidéo, donc, permet au joueur, ainsi qu'à l'entraîneur de revoir le match, pour étudier les caractéristiques essentielles de jeu pratiqué par une équipe et programmer à l'encontre un entraînement spécifique et une préparation physique adéquate.

4. La préparation athlétique:

L'évolution du sport collectif moderne vise à l'universalité et aux prédispositions individuelles du joueur pour les conceptions du jeu de l'équipe. Pour réussir à s'imposer dans le football et le sport en général de haut niveau, le joueur doit posséder des qualités athlétiques variées et une aptitude énergétique maximale. Les capacités à développer sont l'endurance, la vitesse, la résistance et la détente.

La formation présentée par le centre de formation doit s'illustrer par tous les moyens d'expression de l'équipe au service du joueur, par une potentialité athlétique exceptionnel, support d'une capacité technique très riche au service d'une grande intelligence de jeu et d'une valeur morale exemplaire. Cette formation est l'une de voies modernes du développement du sport collectif de haute compétition qui ne place pas au premier rang des tâches qui tentent à neutraliser l'adversaire, mais bien celle qui vient pour imposer son propre style offensif du jeu.



Schéma des exigences générales du jeu collectif moderne











Conclusion :





Dans tout domaine et surtout dans les disciplines sportives il ne suffit point de travailler et de se regarder travailler ; plus encore, il est important de ne pas se limiter à notre simple environnement et de se croire arriver au but. Lorsqu’on atteint le sommet de la hiérarchie nationale. Par ailleurs, les résultats des rencontres internationales amicales, jouées çà et là, au hasard des circonstances, ne doivent jamais nous faire croire aussi que nous sommes proches ou éloignés du « top niveau » comme dit Kovacs.
Ce que nous entendons donc par cette conclusion c’est que dans toutes les disciplines sportives, il ne faut point se référer aux seuls résultats de joutes, ni d’équipement et d’infrastructure existant, mais aussi à des critères mesurables, concrets pour pouvoir évoluer.

Pour tout travail qu’on voudrait rationnel ; il est essentiel, par conséquent d’avoir à priori, comme toile de fond ; le haut niveau international et ses critères absolus à partir de ses bases se fixer des objectifs palpables et limites ses ambitions en fonction de facteurs aussi différentes de l’infrastructure, l’équipement, l’histoire des conditions sociales, l’environnement…

Cela découle de la simple logique. Par la suite le cadre d’une dialectique « réalités conjoncturelles –niveau de formation – niveau international » ; Etudier l’évolution en cours et ajuster en registre, c’est une procédure rationnelle de travail.

centre de formations de jeunes footballeurs (partie2)

APPROCHE THEORIQUE

« Le sport trouve ses racines dans le désir de l’homme de vaincre ses ennemis visible et invisible et d’influencer les forces naturels.»

R. Hubscher

















Première partie : « Le sport »



I. Introduction:


Dans un monde soumis perpétuellement aux bouleversements politiques, aux fluctuations économiques et qui, de surcroît, ne peut ignorer les sources permanentes de conflits qui séparent les consciences, rares sont les langages universels perçus par l’humanité tout entière. Le sport est de ceux-là. Qu’il soit jeu ou compétition de haut niveau, qu’il soit chiffré, qu’il soit naturel ou motorisé, il est devenu l’une des seules activités de l’homme qui ignore les frontières et qui parvienne en fin de compte à déborder les idéologies. À cet égard, il fait partie d’une culture commune qui nous vient du fond des âges et qui répond à la définition de l’homme donnée naguère par Antoine de Saint-Exupéry : « Être un homme, c’est sentir en posant sa pierre que l’on contribue à bâtir le monde. »
Le sport ressortit à cette prodigieuse aventure qui accompagne l’essor des civilisations antiques et qui participe à la création d’un art de vivre.

Que ce soit sous sa forme la plus sophistiqués, la haute compétition, sous la forme éducative de l’initiation sportive ou encore à travers celle des loisirs, le sport s’est affirmé au fil des dernières décennies comme l’un des phénomènes de masse les plus constants et les plus populaires.







II. L'universalité des jeux :

1. Les jeux antiques :

« Le sport est le seule moyen de conserver dans l’homme les qualités de l’homme primitif. Il assure le passage de l’ère de pierre écoulé à l’ère de pierre future, de la préhistoire à la protohistoire. Il se pourrait grâce à lui n’y ait aucune trace des méfaits de la civilisation car le sport consiste à déléguer au corps quelques-uns des vertus les plus fortes de l’âme, l’énergie, l’audace, la patience. » 1

On peut affirmer que l’instinct sportif était né avant les premiers loisirs de l’homme ; la rivalité au sein d’une même tribu où entre les clans constitue le contexte original dans lequel une activité physique préfigurant le sport a pu naître. On en déduit que l’apparition de l’acte sportif a été accomplie par l’homme primitif.
L’addition du jeu avec les activités quotidienne et le dégagement des contraintes et difficultés matérielles ont pour conséquence l’apparition du sport qui est actuellement suivi par un large publique.

« Le sport trouve ses racines dans le désir de l’homme de vaincre ses ennemis visibles et invisibles et d’influencer les forces naturelles. » 2

Il est difficile de ne pas évoquer en matière de sport, comme pour la philosophie ou les sciences, son origine grecque. Ainsi, l'Iliade témoigne d'affrontements entre guerriers, en particulier lors des cérémonies funéraires, dont le vainqueur remportait un prix et gagnait le prestige: pour les jeux organisés par Achille après la mort de Patrocle, l'élite des guerriers s'affronte pour des «chaudrons, trépieds, chevaux, mulets, robustes bœufs, femmes aux beaux atours, et fer de teinte grise» (l'Iliade, XXIII)
Les épreuves sont essentiellement guerrières: courses de chars, pugilats, combats en armes, lancer de disque, tir à l'arc, lancer de javelot et courses à pied.
Ces premières compétitions présentent déjà des particularités originales: les résultats sont parfois corrigés par l'organisateur en fonction du rang et de l'âge, et la violence des affrontements n'est que faiblement régulée.

L'étude des fêtes caractéristiques de la civilisation grecque, et en particulier celle des jeux Olympiques (de 776 av. J.-C. à 394 après J.-C., permet de souligner les ressemblances avec les compétitions sportives que nous connaissons actuellement, et aussi tout ce qui peut les en distinguer. Ainsi, il existait déjà une codification des épreuves, des juges étaient présents, les enjeux importants, et le public montrait autant de passion à suivre les épreuves. En revanche, les femmes étaient exclues, ainsi que tous ceux qui n'étaient ni grecs, ni libres, ni citoyens, et la violence était peu contrôlée lors des épreuves; par ailleurs, les cérémonies qui les accompagnaient avaient un sens profondément religieux (Olympie était d'abord un sanctuaire dédié à Zeus.)


Stade d'Olympie (Grèce)
Construit au Ve siècle av. J.-C., à l'apogée du rayonnement d'Olympie (Nord- Ouest du Péloponnèse), centre religieux voué essentiellement au culte de Zeus, le stade est le lieu du premier concours gymnique, la course à pied, lors des jeux Olympiques qui s'y tenaient tous les quatre ans (olympiade) et auxquels participait tout le monde grec. Le stade fut déblayé à partir de 1958 par une équipe d'archéologues allemands.1

2. La portée symbolique et culturelle du sport :

« Le sport naît avec les premiers défit physiques des hommes préhistoriques par leurs jeux (luttes, lancer de pierres…) Les hommes de la préhistoire cherchent déjà à s’éprouver et à se mesurer les uns aux autres » 2

Si dans leur majorité les historiens du sport insistent sur les différences, quelques-uns proposent une vision du phénomène sportif actuel dans la continuité de l'athlétisme grec. C'est le cas de Bernard Jeu, pour qui le sport se définit – par la puissance des émotions qu'il procure, par les formes de sociabilité qu'il développe – comme «du tribal dans l'industriel» et comme le lieu de la présence d'un imaginaire archaïque dans les sociétés d'aujourd'hui.
Ainsi, la signification de l'attrait exercé par la compétition sportive sur les pratiquants et les spectateurs tient à ce qu'il s'agit d'une mise en scène des rapports de l'homme et de la mort: le vainqueur gagne la vie, le vaincu meurt.

Mais le combat se déroule dans le domaine du symbolique, et le vaincu se relève pour s'entraîner à nouveau et mériter sa revanche.
Dans cette perspective, la portée culturelle du sport – qu'il soit antique ou moderne – est considérable. Il fonde, en effet, la culture dans ses manifestations les plus nobles, fournissant, pour reprendre une autre expression de Jeu, «le lieu, le milieu, et le modèle pour philosopher» 1
Les Grecs, en effet, philosophaient dans les gymnases, où se rassemblaient l'élite de la jeunesse et les maîtres, et ont pu trouver dans le combat sportif le modèle de la dialectique, où le progrès résulte de l'opposition.

III. Le sport actuellement :

1. Le caractère immuable de l'exploit sportif :

L'analyse des jeux conduit à souligner des permanences. Qu'il s'agisse des pratiques grecques, des jeux des sociétés traditionnelles ou des pratiques sportives modernes et contemporaines, l'exploit sportif renvoie aux même situations: le héros distance ses poursuivants, lutte contre la pesanteur ou les éléments, terrasse ses adversaires, défie ses propres limites. Ainsi, les journalistes et les commentateurs sportifs empruntent parfois leur vocabulaire à celui des correspondants de guerre; ils puisent aux sources de l'épopée et des chroniques du Moyen Âge, où les prouesses guerrières et sportives se confondent.
De nombreux anthropologues et sociologues ont également souligné la correspondance qui existe entre les jeux et les sociétés dans lesquelles ils se sont développés.

« Dis-moi à quoi et comment tu joues, et je te dirai dans quel monde tu vis »2

2. La spécificité du sport moderne :

« Le sport n’est plus seulement un amusement, de nos jours on peut aussi en faire un métier : Athlètes, entraîneurs, journalistes sportifs, vivent, toute l’année, autour des stades… » 1.

Courir, sauter, nager, lutter, monter à cheval, apparaissent comme des pratiques aussi anciennes que l'humanité elle-même. Les techniques du corps et leur usage compétitif sont de tous les temps; cependant, les premières se sont singulièrement transformées alors qu'apparaissaient les formes modernes d'organisation des compétitions.

















IV. Définition du sport :

Selon Jaques Ulmann1, le sens du mot sport apparaît d’abord en France au Xll éme Siècle du vieux mot « desport » et qui désignait « l’ensemble des moyens grâce auxquels le temps se passait agréablement » allant de la conversation aux jeux. Puis le mot passe en Angleterre pour donner une terminologie britannique « to sport ».
Le « sportsman » va s’identifier à la pratique de la noblesse mais ne tarde pas à inclure les jeux d’origine populaire. Ainsi à la fin du XVll éme siècle le sport, exclusif pour l’aristocrate va se généraliser.


C’est au XlX éme siècle que le sport va connaître une modification profonde grâce à l’initiative d’un pédagogue « Arnold » Qui va contribuer à généraliser le sport en le transformant en institution. Le sport va s’étendre ensuite de l’Angleterre vers le reste du monde en marquant profondément notre vie de tous les jours et en se transformant à son tour pour aboutir à une nouvelle forme de sport : le sport moderne.

Né donc au sein de la société industrielle, le sport actuel se trouve en parfaite harmonie avec les valeurs qui la fondent. Mais l’examen des tentatives de définition des sports modernes révèle des difficultés au niveau de l’approche dues aux multiples pratiques qu’il recouvre. Pour souligner cette difficulté, Michel Bernard remarque que « le sport a l’apparence d’un paradoxe : « c’est un mot et un phénomène compris par tous, mais que personne, même les plus savants spécialistes, ne peut correctement définir ». 2

Cette difficulté pour définir le phénomène sportif provient aussi et selon Jean Marie Borhm :

« le sport est un système institutionnalisé de pratiques compétitives, à dominante physique, délimités, codifiées, réglées conventionnellement, dont l’objet avoué est, sur la base d’une comparaison de prestations, de désigner le meilleur concurrent ou d’enregistrer la meilleur performance. »3.
L'examen d'autres tentatives de définition du sport révèle plusieurs approches différentes les unes des autres. Jean Jaques Barreau et Jean Jacques Morne dans leur ouvrage intitulé, Sport expérience corporelle et science de l'homme, font le tour de la question. Ils constatent que d'une définition à l'autre, l'accent est « tantôt mis sur le jeu, tantôt il est en rupture avec lui »1, l'insistance sur la notion de performance ou sur la compétition figure sur d'autres définitions. Cependant, une remarque très pertinente a été relevée par les auteurs concernant la notion du spectacle dans le sport; car pour eux: « le sport est ipso facto spectacle ».

Il est évident que cette dimension « spectacle» a joué un rôle déterminant dans les rapports entre le sport et les médias. Les auteurs ajoutent
« Parmi les raisons qui expliquent cette effervescence du spectacle sportif, il en est deux principales: la collusion de fait, la symbiose entre acteurs et spectateurs d'une part et l'amplification médiatique (presse, radio et télévision en particulier)»2.

V. Grandes compétitions et l'organisation du sport :


1. Les jeux Olympiques:

Au fil des années, les jeux Olympiques, limités à 43 épreuves en 1896, s'enrichissent de nouvelles disciplines - football, tennis, voile, cyclisme, etc. ; 10.200 athlètes devraient participer à 275 épreuves lors des jeux de Sydney à l'an 2000.
En 1924, à Chamonix, apparaissent les jeux d'hiver qui ont lieu tous les quatre ans, espacés de deux ans avec les jeux d'été depuis 1994. Les jeux Olympiques sont aujourd'hui devenus un événement mondial engageant des sommes considérables. Ainsi devenus une aubaine en terme de notoriété pour les sponsors, le pays et la ville hôtes, comme en témoignent les candidatures de plus en plus nombreuses à leur organisation. Pour les sportifs également, un titre olympique représente souvent l'apothéose d'une carrière.



2. La Coupe du monde de football :

Si les jeux Olympiques ont acquis, au fil de leurs éditions, une dimension planétaire, ils restent seulement le deuxième événement sportif en termes économique et médiatique derrière la Coupe du monde de football. Organisée également tous les quatre ans depuis 1930, cette compétition rassemble pendant cinq semaines les meilleures équipes du sport le plus populaire du monde. Les chiffres parlent d'eux ¬mêmes: 19,6 milliards de téléspectateurs ont suivi les jeux Olympiques d'Atlanta en 1996 contre 31,7 milliards pour la Coupe du monde en 1994 aux États-unis. Ils étaient 1,5 milliard pour la finale Brésil - Italie de cette même Coupe du monde.

3. Les autres compétitions:

Parallèlement, toutes les disciplines sportives ont leurs propres manifestations: championnats du monde et d'Europe, coupes du monde, tournois, etc. Le Tour de France cycliste, les tournois de tennis de Roland -Garros ou Wimbledon, la Coupe de l'Amérique figurent en outre parmi les épreuves dépassant le cadre purement sportif. Le sport échappe peu à peu à ses acteurs pour passer sous le contrôle de puissances financières, médias ou groupes industriels, qui en dictent souvent les règles.

4. L'organisation administrative du sport :

Pour organiser ces compétitions, et plus généralement faire vivre et évoluer chaque discipline, il existe des fédérations nationales et internationales (54 au total, dont 34 concernant des sports olympiques), organisées de manière plus ou moins démocratique. Certaines, à l'instar des fédérations internationales de football (FIFA), d'athlétismes (IAAF), ou d'automobile (FIA), jouissent d'une énorme influence en raison de l'importance de leur sport, et leurs présidents sont souvent traités comme de véritables chefs d'État. En marge de ces fédérations, le Comité international olympique (CIO), composé d'une centaine de membres cooptés, gère l'organisation des jeux quadriennaux, décide de leur attribution, de l'introduction ou de la suppression de nouvelles disciplines, et reconnaît les États membres habilités à participer.

VI. Les différentes structures consacrées aux sports:

La question qui porte sur les différentes structures consacrées aux sports, constitue un élément essentiel de l'équipement sportif. L'optimisation de la performance au sport exige une mise en place particulière des équipements sur tous les plans d'aménagement, agissant directement sur le rendement des joueurs, sur la qualité ainsi que sur la quantité afin d'offrir au joueur un optimum d'encadrement infrastructurel.

Ainsi, pour connaître plus de réussite, « les clubs doivent disposer au moins d'un terrain gazonné et d'un terrain annexe pour les jeunes»1 ; et de même pour une installation d'éclairage répondant aux normes qu'exige le règlement pour le déroulement des matchs en nocturne. Dans ce contexte, Mr. Addelmajid Chettati, pour donner plus d'importance à l'encadrement infrastructurel des jeunes a déclaré: « un jeune jouant, pendant une durée d'une heure trente minutes ne peut réellement garder la balle que pendant une durée d'une heure trente minutes ne peut réellement garder la balle que pendant deux ou trois minutes ! C'est très peu et trop insuffisant que peut-on apprendre dans un temps aussi court ? La solution serait donc d'aménager des terrains gazonnés, d'avoir à sa disposition un équipement riche »2.

1. Les parcs de sports et les pleines des jeux:

Ce sont généralement des installations sportives de plein air; un terrain étendu, qui selon la notion d'entraînement, ces espaces permettent aussi bien la pratique d'activité que la détente.
Selon Jürgen Weineck (1983) :
« La notion d'entraînement s'emploie dans les domaines les plus divers et recouvre le plus souvent un processus qui par l'exercice; vise à atteindre un niveau plus au moins élevé dans le domaine de l’objectif considéré »3 .

Cependant; un parc de sport est un espace réservé à l’entraînement et à la compétition, ce qui nous mène à le différencier des espaces peu structurés; les pleines de jeux. Ces derniers permettent la pratique du sport ainsi la détente telles que les zones boisées.



2. Les installations sportives de plein air :

Les installations sportives de plein air comprennent les différents types de terrains favorables à la pratique du sport. On distingue des installations pour l’athlétisme, des bassins de natation, des terrains pour les grands jeux et des terrains de petits jeux.

a. Les installations d'athlétisme:

- Pistes circulaires : 400 mètres; 333,30 mètres et 250 mètres.
- Parcours d’athlétisme : 200 mètres et 150 mètres. 80 mètres, 100 mètres, 130 mètres et 140 mètres

 Des lancer (poids, disque, marteau et javelot).
 Des sauts (longueur, hauteur, perche et triple saut). 1

b. Les terrains de grand jeu:

- 130 m à 100 m au moins en longueur. 100 à 60 m au moins en longueur.
- 120 m au plus et 90 m au moins en longueur selon sa destination (seniors; juniors; jusqu'au pupilles). 2

c. Les terrains pour les petits jeux:
Pour ce genre de sport, on distingue des terrains de hand-ball, de basket-ball, ainsi que de volley-ball et de tennis.

 Hand-ball : Terrain dont la longueur est de 40 mètre et la largueur de 20 mètre. Avec une zone de dégagement de 44*24.
 basket-ball : Longueur 28 mètre, largeur 15 mètre. L'espace situé au dessus de l'air de jeu doit être libre de tout obstacle sur une hauteur de 7 m.
 Volley-ball : Longueur 18 mètre, largeur 9 m. Avec une zone de dégagement de 24*15.
 Tennis : On désigne ce genre de sport comme un sport de prestige dont les normes du terrain sont comme suit: Longueur 23,77 mètres, largueur 10,97 mètres pour le double et de 8,23 mètres pour le simple.


d. les bassins de natation de plein air:

On distingue les bassins d'apprentissage ainsi que les piscines olympiques. Ces piscines ont des normes bien défini; 50 m*25 m*2 m, dont les nombres de couloirs sont variables. Exemple: 10 couloirs dans la piscine du complexe de natation de Cité Sportive 7 Novembre 1987 à Rades, Tunis.


3. Les installations sportives couvertes :

Ce sont des installations protégées qui comprennent les salles omnisports, les salles de sports spécialisées ainsi que les salles de gymnastique et les piscines couvertes.